Le prix Esther pendant le confinement du printemps 2020

Le 17 mars, comme tout le monde, nous avons dû stopper nos activités sur sites et annuler tous les comités de lecture prévus en avril et mai pour élire le Prix Esther 2020. Mais hors de question d’abandonner le projet et les jeunes lecteurs qui se préparaient à être jury.

Hors de question de nous priver du plaisir de la découverte de textes d’auteurs et autrices de théâtre !

Comment garder et faire grandir la motivation de lire et l’envie d’échanger sur nos impressions, ressentis et analyses des textes ?

 Avec « Points Communs » et les jeunes, nous avons donc expérimenté une « formule confinement » en passant par la visio-conférence. 

Nous nous sommes donné un rendez-vous hebdomadaire et très rapidement, nous avons senti que l’accroche passait par le plaisir immédiat de la lecture collective et à voix haute.  Comme dans les comités de lecture du Prix Esther, c’est ce premier temps de partage collectif qui entraîne le plaisir, les émotions, la compréhension… Et qui permet à chacun, à la suite, de se sentir légitime pour donner son point de vue et ses commentaires sur le texte.

Ainsi, pendant le confinement, nous avons lu et débattu sur 9 nouveaux textes de théâtre contemporain, proposés par « Points Communs » et les artistes associés, Agnès Marietta et Jean-Paul Rouvrais.

  • I.D de Rasmus Lindberg (traduit du suédois par Marianne Ségol-Samoy)
  • Taxiwoman de Éric Delfin Kwégoué
  • Mon Grand-père ce robot de Sabine Revillet
  • Pigeon Cyborg de Sylvain Renard
  • Et tout le tremblement de Laurent Cottel
  • 1400 patates de Philippe Sabres
  • Le bon grain de François DUMONT
  • Désorganisés de Cyrille Dubreuil
  • Nina de Jean-Paul Rouvrais

Pour clôre le cycle, les jeunes proposent une lecture publique de leur texte « coup de coeur », au théâtre 95, jeudi 9 juillet 2020, à 18 heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *