Lumière(s) sur 120 Battements par minute

Bonjour, Bonsoir à vous ! Aujourd’hui je vais m’improviser critique cinématographique et vous parler de « 120 Battements par minute ». Cette critique sera à mi-chemin entre objectivité et subjectivité. Mais cela n’est pas un problème ! Etant donné que mon avis ne regarde que moi et que vous pourrez toujours vous forger votre propre opinion en allant voir le film si l’envie vous prend.

Ceci étant dit, commençons cette critique.

Je suis allez voir ce film en étant curieux de voir comment il allait traiter d’un sujet aussi sensible que le Sida. Et il l’a bien fait ! Mais j’ai néanmoins noté quelques soucis qui, à mon sens, éloigne le film du message qu’il veut porter.

120 Battements par minute est un drame réalisé par Robin Campillo, qui a lui-même été militant chez Act-Up (Association au cœur de l’histoire du film).

Et on sent réellement l’émotion et l’engagement du réalisateur dans ce film.

Le synopsis est le suivant : Nous sommes au début des années 90. Le sida à été découvert il y a une dizaine d’années et a déjà fait beaucoup de victimes. L’association d’activiste, Act up (et plus précisément Act up Paris),  organise de nombreuses actions dans le but d’ouvrir les yeux de la société sur le massacre que fais le Sida. Entre temps, des nouveaux membres rejoignent l’association …

Personnellement, j’aime diviser ce film en deux parties. Une partie centralisée sur le collectif d’Act Up et une autre plus personnelle.

Et là est le problème à mon sens. Au début le film est vraiment focalisé sur l’association, et fait entendre son message  avec brio. Mais alors que j’attendais des éclaircissements et plus de détails, le film entre dans cette phase « intime » et, selon moi, c’est dommage. J’ai ressenti comme un … égarement. Là où le film était très bien parti pour nous montrer la vie d’Act Up, il me laisse sur ma faim.

Et un deuxième point qui m’a un peu dérangé, c’est que le film met un peu trop en avant le sujet de l’homosexualité dans l’association. Si bien qu’à certains moments j’avais plus l’impression de regarder un film défendant la cause homosexuelle que l’association se battant contre le Sida. (D’ailleurs à certains moments je trouve certains personnages un peu caricaturaux).

Néanmoins, malgré ces problèmes que j’ai pu relever, le film est très bien réalisé et a une approche très « réaliste ». Le rythme du film peut être comparé à une fréquence cardiaque.

Le film en étant très réaliste, il peut  choquer. Je peux par exemple citer les scènes de sexe. Ces dernières pourront heurter la sensibilité de certaines personnes. Mais elles sont néanmoins très bien réalisées et ne cassent en rien le rythme du film. Selon moi ,elles apportaient une certaine tendresse et une dose d’amour au film. Etant très ouvert d’esprit, j’ai pu prendre en compte le potentiel de ces scènes.

Parenthèse fermée, ce film est un film que je vous conseille très fortement si vous voulez enrichir votre culture cinématographique. Il vaut vraiment le coup d’œil selon moi.

J’espère que cette critique faite en amateur vous aura plu !

Dans un prochain article je vous posterai la suite de l’extrait posté sur mon article de présentation.

1 commentaire sur « Lumière(s) sur 120 Battements par minute »

  • Bravo Kevin pour cette critique ! elle est bien construite et j’espère qu’elle donnera envie de voir 120BPM.
    Nous sommes allés tous en groupe voir 120BPM et ça tombe bien c’est un film qui à mon avis montre à quel point on a besoin du GROUPE, de la force collective quand on veut arriver à faire bouger les choses. Robin Campillo montre à la perfection que la force d’ACT-UP c’est sa jeunesse, c’est à dire son bouillonnement et son audace ! pourtant ils sont malades et certainement à cette époque beaucoup de séro-positifs s’enfermaient se repliaient sur eux-mêmes mais ce qu’on voit là ce sont des gens qui se montrent, affirment leur homosexualité, leur maladie et disent « On va crever mais tant qu’il nous reste un souffle de vie, vous entendrez notre voix ». J’ai adoré la force de ce message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *